Print Friendly, PDF & Email

Décryptage

Accueil > Décryptage

Michel Mathieu propose 10 thèmes pour adapter la sécurité privée aux nouveaux risques terroristes.

Dans une tribune intitulée "Sécurité privée et terrorisme. Quel rôle ? Quelles responsabilités ?", Michel Mathieu retrace l'évolution de la sécurité privée à l'aune du terrorisme et présente une analyse qui se conclut par la proposition de 10 thèmes pour adapter la sécurité privée aux nouveaux enjeux du terrorisme. Extraits et tribune téléchargeable en intégralité.

Publié le 26 novembre 2015 - Michel Mathieu, président de Securitas, membre du collège du Cnaps

Si la sphère de la sécurité publique semble particulièrement mobilisée aujourd’hui pour faire face aux risques terroristes, je reste pour le moins étonné, pour ne pas dire frappé et inquiet, qu’une plus grande sensibilité de cet état de guerre ne se fasse jour dans le monde spécifique de la sécurité des entreprises ou des collectivités. D’un site Seveso à un événement associatif en passant par un immeuble de bureau ou un marché du dimanche, tout est devenu une cible potentielle par le fruit d’un hasard local intelligemment piloté en 2.0 dans le lointain
et la pénombre.

La sécurité privée ne fait pas beaucoup mieux

Partie intégrante et légitimée au cours des dernières années comme l’un des maillons de la chaine de sécurité qui assure la protection de la Nation, je ne suis pas certain que notre métier se pose la question des adaptations qu’il faudra mener rapidement pour faire face à ce contexte nouveau. Une réflexion est donc nécessaire afin d’adapter pour partie le rôle de la sécurité privée, ses moyens, son offre et ses liens au sein de la chaine de sécurité nationale.Nous avons un devoir collectif d’adaptation rapide aux nouvelles menaces. Quel que soit l’immobilisme général de notre pays, qu’un premier ministre emploie le mot guerre concernant notre territoire national au sein de l’Assemblée ne peut pas rester sans effet. Des questions taboues doivent être posées, ceci ne préjuge pas de la solution. Ne pas le faire serait une erreur, voire une faute. Le temps n’est plus au constat, il est globalement partagé, il est à la décision et à l’action. Soyons donc acteurs pour ne pas être victimes, restons professionnels pour rester en distance et efficaces.

Un avant et un après 7 janvier, de la surveillance à la protection

Nous sommes donc maintenant résolument dans l’après. Charlie a fait le tour de la planète. Valls a mis les mots. L’exécutif et le Parlement travaillent au projet Sentinelle et Saint Quentin Fallavier a fait entrer de plein pied la protection des sites industriels dans le débat. Soit dit en passant, ce débat est assez voisin, pour ne pas dire parfaitement identique, de celui de la protection de sites comme celui de BFM TV et de Libération attaqués en 2014 par un déséquilibré ou de la raffinerie Lyondellbasel, probablement victime de malveillance interne le 14 juillet dernier. Nous parlerons donc de façon générique de protection des sites. Avant il y avait la surveillance, maintenant il y la protection. On peut rester dans la première ou choisir la deuxième, elle devient alors une version durcie de la solution de sécurité en place. Passer de l’une à l’autre n’impose pas forcément des ruptures ou des coûts majeurs, surtout face à l’enjeu.

Agissons

Je propose 10 thèmes pour adapter la sécurité privée aux nouveaux risques terroristes.

  1. Renforcer l’information et la sensibilisation des dirigeants des entreprises à leur besoin de sécurité.
  2. Renforcer l’information et la sensibilisation des dirigeants des entreprises de sécurité privée à la nouvelle situation.
  3. Renforcer la technicité et les convictions des directeurs sécurité pour qu’ils assument une position plus forte dans leur entreprise.
  4. Expliquer et débattre avec tous les acteurs publics et privés de la différence entre surveillance et protection et faire émerger les solutions associées, tant opérationnelles que légales.
  5. Développer les moyens légaux des entreprises de sécurité privée pour lutter contre les risques d’infiltration au sein des effectifs d’agents de sécurité.
  6. Travailler avec les partenaires sociaux à l’effort de sensibilisation et de mise en place de nouveaux moyens d’anticipation, de gestion, de prévention et de protection.
  7. Développer des modules de formation pour un nouveau type de vigilance à destination des agents de sécurité et de l’encadrement. L’intégrer au CQP APS et à la formation continue.
  8. Faire évoluer le périmètre d’intervention de la sécurité privée afin de permettre certains types d’interventions ou de présence sur la voie publique tel que, vidéo-surveillance, chicane, barrierrage, escorte, fouille, …
  9. Organiser les conditions de l’armement pour la sécurité rapprochée et pour les sites qui décideront de passer en mode protection.
  10. Organiser l’intégration la sécurité privée dans les plans de crise déjà en place au niveau de l’autorité publique.

 

>> Télécharger l’intégralité de la tribune de Michel Mathieu en cliquant ici.

 

Sans parti pris et sans concession, Sécurité Privée est un magazine professionnel destiné aux acteurs de la sécurité, qu’ils soient clients ou prestataires, conseils ou conseillés, qu’ils exercent leur activité dans le secteur public ou le secteur privé.

Tous les magazines